Select Page

Que se passe-t-il si vous cliquez sur un test de personnalité ?

Que se passe-t-il si vous cliquez sur un test de personnalité ?

Le temps de lecture est de 3 minutes

Une journaliste nous fait part de son expérience lorsqu’elle a voulu tester de taper sur internet “test de personnalité”. Elle a répondu à un test comportant 200 questions proposé par “Oxford Capacity analysis” qui n’est pas une prestigieuse université britannique mais l’église de Scientologie.

Il fallait répondre au questionnaire par “oui”, “non” ou “je ne sais pas”. Des questions sont bizarres “prenez-vous plaisir à regarder un chemin de fer?”  ou très directes “cela vous demanderait-il un effort certain que d’envisager l’idée du suicide ?”.

Les questions ont trois thèmes principaux : soi-même, comment les autres nous voient, et comment nous voyons la société. A la fin du test, on vous demande vos coordonnées. Le lendemain, vous recevez un email d’une scientologue qui désire votre numéro de téléphone pour discuter des résultats du test. Si vous ne répondez pas immédiatement, Les relances se multiplient. Lorsque l’on rappelle, une voix douce mais ferme vous dit qu’il est trop compliqué de vous transmettre les résultats par téléphone et qu’il vous rendre à Paris où vous sera transmis un graphique correspondant à votre test et son explication. La personne précise qu’il faut prendre un rendez-vous, même un dimanche à 20h30 car ils reçoivent beaucoup de personnes. Un rendez-vous est finalement fixé.

Avant cet entretien, notre journaliste montre son test à un expert psychiatre qu’il considère comme sans fondement et destiné à créer un malaise et à l’exploiter.

Quelques jours plus tard, la journaliste se rend à son rendez-vous dans un lieu aseptisé, calme ; elle est accueillie par du personnel jeune, bien habillé et souriant. Sur certains murs on peut voir “la scientologie aide à devenir soi et à devenir célèbre”. En attendant son rendez-vous, on lui tend une feuille à remplir où il lui est demandé si elle connaît la scientologie, si oui comment et quels aspects elle souhaite améliorer dans sa vie. Son interlocutrice arrive et l’emmène à l’étage dans une petite pièce où elle ferme la porte (5 m² et il y fait très chaud). Elle sort le graphique de son test où 8 points sur 10 sont négatifs. Questionnée sur tant de points négatifs, elle explique que le test ne retranscrit que la vision que la journaliste a d’elle-même au moment où elle remplit le questionnaire. Son interlocutrice lui pose 4 questions :

  • Est-ce que je suis dans une période de « ras-le-bol » ?
  • Suis-je déprimée ou fatiguée en ce moment ?
  • Est-ce que j’ai l’impression qu’une personne me veut du mal ou me manipule ?
  • Ai-je du mal à communiquer avec les autres ?

La scientologue partage le graphique de personnalité en trois parties : “être”, “faire” et “avoir”. La journaliste est dans le négatif pour “être” et “avoir” et son interlocutrice dévalorise ses points forts, elle est active mais cela pourrait s’avérer de la suractivité. La scientologue lui tend un livre de Ron Hubbard susceptible de l’aider dans sa vie professionnelle. Elle lui précise que le livre coûte  12€ mais ne l’oblige pas à l’acheter immédiatement. L’interlocutrice lui demande alors “est-ce que la société vous rejette ou vous semble-t-elle injuste ?”, question que la journaliste esquive. L’entretien est terminé. La journaliste quitte la salle. Celle-ci est un peu étonnée, elle pensait qu’on lui mettrait plus la pression pour ce premier entretien.

La force de la scientologie est d’être très présente sur le web. Selon Miviludes :

“Internet fait partie de la stratégie interne de la Scientologie, ils ont des informaticiens de très bon niveau. Il est impossible que ce soit l’algorithme Google qui ait placé le test de personnalité de la Scientologie à la première place.”

Source : rue89

About The Author

Laisser un commentaire

<script type="text/javascript"

Recent Tweets